Read in French here.

In 2020, Japan will host the Nutrition for Growth high-level summit. This gathering is meant to keep the spotlight shining on the need to invest in and commit to accelerated nutrition action to achieve the global promise to eliminate all forms of malnutrition by 2030.

The 2020 Nutrition for Growth Summit is a follow-up to the 2013 Nutrition for Growth gathering in London and the 2017 Global Nutrition Summit in Italy. During the 2013 Nutrition for Growth Summit, donors pledged US$4.15 billion for nutrition-specific and US$19 billion for nutrition-sensitive programmes. During the 2017 Global Nutrition Summit, donors committed US$3.4 billion in funding, which included US$640 million in new commitments to further the global response to malnutrition.

“While efforts and investments to date are commendable, we still have work to do to eliminate all forms of malnutrition by 2030,” says Nabeeha Kazi-Hutchins, Executive Director of No Wasted Lives. “Malnutrition claims the lives of nearly three million children, robs over two billion people of their health and wellbeing, and costs the global economy over three trillion dollars in lost productivity and healthcare costs each year.  It’s clear that we must accelerate action and investment if we are to achieve our global commitments.” 

Recent data on the global burden of nutrition and the investments to date indicate that if we don't step up action substantially, we will fall short.

The 2019 edition of the Joint Child Malnutrition Estimates on child stunting, overweight, underweight, wasting, and severe wasting paint a concerning picture. Stunting is reducing globally, but too slowly to meet the 2030 target, while the number of overweight globally has increased by 10 million since 2000. Of significant concern is the stagnation in the global burden of wasting, leaving far too many children in danger. In 2018, almost 50 million children under five were wasted, and nearly 17 million were severely wasted. Adding further complexity to this picture is that 88 per cent of countries with data report the coexistence of at least two forms of malnutrition within the same contexts and communities. Almost 16 million children are affected by both stunting and wasting, putting them at increased risk of child mortality and long-term development and health challenges.

Additionally, the 2019 State of Food Security and Nutrition Report, issued by United Nations agencies, shows an increase in the number of food insecure people globally.  This reality endangers even more children, and threatens the progress achieved to date. This backdrop also does not bode well for childhood wasting and communities with a high and protracted burden of wasting. 

“While progress has been made toward other forms of malnutrition, the global burden of wasting has stagnated over the years, and less than 20 per cent of children suffering from wasting are able to access existing and proven, life-saving treatment,” said Jean-Michel Grand, Executive Director of Action Against Hunger UK and member of No Wasted Lives. “Nutrition for Growth is an opportunity to recalibrate our response to wasting, and to ensure that proven and promising interventions are reaching children and their communities.”

As policy, advocacy, and investment efforts are implemented in the lead up to Nutrition for Growth, the voice of regional and domestic leaders, policymakers, civil society, and private sector should be brought to the forefront. In addition, areas prioritised for investment should reflect the latest evidence for the prevention, treatment, and management of various forms of malnutrition.

“In support of Nutrition for Growth priorities, No Wasted Lives is committed to sharing evidence and calls to action to scale up prevention and treatment action for wasting,” said Kazi-Hutchins. “Our approach is to align to the needs of high-risk and high-burden communities, and share evidence and data for informed policy and investment decisions that should be government-owned and country-driven.”

"Wasting has often been overlooked or viewed exclusively as a humanitarian issue, but we know that the burden of wasting is increasing in communities not plagued by the crisis of war, climate events, and displacement, said Dr Ibrahim Mayaki, CEO, African Union Development Agency (AUDA-NEPAD). "As we build a resilient, inclusive and more streamlined approach to tackling malnutrition, our response and funding should work harder for multiple forms of malnutrition, which includes wasting and the 50 million children affected by it."

No Wasted Lives is actively supporting Nutrition for Growth efforts. In order to ensure no child suffers or dies from wasting, No Wasted Lives calls for multi-sectoral and sustainable investment in the people, systems, and services to support scale-up of wasting prevention and treatment services. This includes: 

  • Supporting uptake and use of new evidence to provide a range of viable, cost-effective treatment options that can be easily adapted to different contexts, and can be implemented at scale.

  • Investing in evidence-generation on what works to effectively prevent wasting at scale and across contexts to support accelerated efforts.

No Wasted Lives will bring forward technical perspectives from the Council of Research & Technical Advice on Acute Malnutrition (CORTASAM) and country and regional operational perspectives. In addition, it will support wasting and broader nutrition advocacy efforts, and government and multi-sectoral efforts as Nutrition for Growth commitments are developed. 

Français

Nutrition pour la Croissance 2020 : Catalyser de l’action renouvelée et de l’investissement pour mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes

En 2020, le Japon accueillera le sommet à haut niveau Nutrition pour la Croissance. Cette réunion vise à maintenir cette lueur d'espoir sur le besoin d’investir dans et s’engager à l’action de nutrition accélérée afin d’atteindre la promesse globale d’éliminer toutes formes de la malnutrition d’ici 2030.

Le sommet Nutrition pour la Croissance 2020 est un suivi aux rassemblements Nutrition pour la Croissance 2013 à Londres et le sommet mondial sur la nutrition 2017 en Italie. Pendant le sommet Nutrition pour la Croissance 2013, les bailleurs se sont engagés à verser 4,15 milliards de dollars pour des programmes spécifiques à la nutrition et 19 milliards de dollars pour des programmes nutritionnels. Lors du sommet mondial sur la nutrition 2017, les donateurs se sont engagés à financer 3,4 milliards de dollars, notamment 640 millions de dollars pour des engagements nouveaux pour la promotion de la réponse globale à la malnutrition.

« Malgré des efforts et investissements louables jusqu'à ce jour, il nous reste du travail à éliminer toutes formes de la malnutrition d’ici 2030, » dit Nabeeha Kazi-Hutchins, Directrice Général de No Wasted Lives. « La malnutrition emporte la vie de près de trois millions d’enfants, prive plus de deux milliards de gens de leur santé et bien-être, et coûte à l'économie mondiale plus de trois billions de dollars pour la perte de productivité et des coûts des soins par année. Il est évident que nous devons accélérer l’action et l’investissement pour que nous atteignions nos engagements globaux. »

 Les données les plus récentes sur le fardeau global de la nutrition et les investissements réalisés à ce jour indique que nous ne renforçons pas les mesures considérablement, nous n'y arrivons pas.

L’édition 2019 des Les Estimations conjointes sur la malnutrition infantile sur le retard de croissance, le surpoids, la sous-pondération, l’émaciation et l’émaciation sévère qui brosse un tableau préoccupant. Le retard de croissance est en baisse au niveau mondial mais trop lentement pour atteindre l'objectif de 2030, tandis que le taux de surpoids a augmenté mondialement de 10 millions depuis 2000. La stagnation du fardeau global de l’émaciation est une source importante de préoccupation, risquant de laisser derrière un trop grand nombre d’enfants. En 2018, près de 50 million enfants moins de cinq ans souffraient de l’émaciation et près de 17 million de l’émaciation sévère. Ajoutant encore à la complexité de cette image, c’est que 88 pourcent de pays qui ont soumis des données, rapportent la coexistence d’au moins deux formes de malnutrition dans les même contextes et communautés. Presque 16 millions d’enfants sont atteints par et le retard de croissance et l’émaciation, leur faisant encourir un risque accru de la mortalité infantile et des défis pour le développement à long terme et la santé.

De plus, le rapport 2019 sur L'état de la sécurité alimentaire et la nutrition dans le monde par les agences de l’ONU montre une augmentation dans le nombre des personnes qui vivent dans l'insécurité alimentaire dans le monde. Cette réalité met en péril encore plus d’enfants et menace les progrès accomplis jusqu'ici.        Dans ce contexte, il n'est pas de bon augure pour l’émaciation infantile et les communautés ayant un fardeau lourd et prolongé d’émaciation.

« Bien que d’importants progrès ont été réalisés concernant d’autres formes de malnutrition, le fardeau global de l’émaciation semble stagner depuis plusieurs années, et moins de 20 pourcent d’enfants souffrant d’émaciation sont actuellement en mesure d’accéder aux traitements existants et susceptibles de sauver des vies, » dit Jean-Michel Grand, Directeur Général d’Action Contre la Faim au Royaume-Uni. « La Nutrition pour la Croissance est l’occasion de réajuster notre réponse à l’émaciation et d’assurer que des formes d’interventions éprouvées et prometteuses touchent le plus d’enfants possible, et leurs communautés. » 

Lorsque les efforts politique, de plaidoyer et d’investissement seront achevés en préparation de Nutrition pour la Croissance, les voix des leadeurs régionaux et nationaux, des décideurs politiques, de la société civile et du secteur privé devraient être mises au premier plan. En plus, des domaines considérés comme prioritaires pour l’investissement devraient se fonder sur les dernières données pour la prévention, le traitement et la prise en charge des diverses formes de la malnutrition.

« A l’appui de priorités de Nutrition pour la Croissance, No Wasted Lives s’est engagé à partager les données et demande de l'action pour intensifier la prévention et le traitement de l’émaciation, » dit Nabeeha Kazi-Hutchins, Directrice Général de No Wasted Lives. « Notre approche consiste à harmoniser les besoins des communautés à haute risque et durement touchés.

 « L’émaciation a souvent été négligée et considérée exclusivement comme un problème humanitaire mais nous savons que le fardeau augmente dans les communautés qui ne sont pas meurtris par la guerre, des événements climatiques et le déplacement, » dit Dr. Ibrahim Mayaki, PDG, L’Agence du Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique (AUDA-NEPAD). « Dans l’application d’une approche résiliente, inclusive et plus simplifiée visant à s'attaquer, notre réponse et le financement devrait travailler de plus en plus fort pour des formes multiples de la malnutrition, notamment l’émaciation et les 50 millions d’enfants concernés. »

No Wasted Lives soutient activement les efforts de Nutrition pour la Croissance. Afin de garantir qu’aucun enfant ne souffre ni ne meurt d’émaciation, No Wasted Lives demande l’investissement multisectoriel et durable dans les personnes, systèmes et services pour soutenir le renforcement de la prévention et des services de traitement pour l’émaciation. Cela inclut :

  • Soutenir l’utilisation des nouveaux données probantes pour fournir toute une gamme d’options de traitement qui sont viables et efficaces par rapport aux coûts, et qui peuvent être adaptées facilement aux contextes différents et implémentées a l’échelle.

  • Investir dans la génération des données probantes sur ce qui fonctionne pour prévenir l’émaciation effectivement a l’échelle et a travers des contextes afin de soutenir des efforts accélérés.

No Wasted Lives apportera des perspectives techniques du Conseil pour la recherche et de soutien technique sur la malnutrition aiguë (CORTASAM) ainsi que des perspectives opérationnelles aux niveaux nationaux et régionaux. En plus, nous soutiendrons des efforts élargis par rapport à l’émaciation et la nutrition et des efforts gouvernementaux et multisectoriels lorsque les engagements de Nutrition pour la Croissance sont développés.